• Covid19: AZALI est très fort, très: Dans un pays où tout le monde se couche à 2h, il impose un couvre-feu à 23h quand tout le monde dort.
  • salut vient sur le chat

  • Ce 19/09/2019

    PLACE DU SHIKOMOR AUJOURD’HUI

    Avant toute chose, il convient de préciser que, selon la graphie en vigueur aujourd’hui aux Comores, on écrit « shikomor » et non « Chikomor » !
    Cela étant, à l’état actuel des choses, il n’y a pas lieu de s’alarmer outre mesure, d’une désaffection, voire même, d’une disparition prochaine du « shikomor ».
    S’il est vrai que le désintérêt de l’élite comorienne, de la classe politique, de certains journalistes et surtout des « je viens », pour le « shikomor » est manifeste, il n’en reste pas moins vrai que depuis la campagne effrénée, lancée par le mongozi, Ali Soilih pour d’une part, la promotion de la culture et de la langue et d’autre part, contre l’illettrisme et l’alphabétisation, le « shikomor » n’arrête pas de gagner du terrain. Et j’en veux pour exemple, les efforts constants accomplis par certains, pour rendre au « shikomor » ses lettres de noblesse. Sans être exhaustif, je nommerais en premier, le Dr. Ibrahim Barwan, qui met toujours un point d’honneur, lors de ses prestations, à se livrer à des explications sémantiques pour mieux se faire comprendre. Dans le domaine de l’audiovisuel, je citerais Ben Abdou que l’on entend hélas de moins en moins, avec une mention spéciale pour toutes les présentatrices des journaux ou émissions en shikomor, dont Charifa Salim Massaka (Ndzuwani), Anzimata Moimim (Ngazidja), Noufra Binti Nidhoim (Moulin). Sans oublier, les journalistes et présentateurs et présentatrices en « shikomor de Maore », dans l’île comorienne occupée. Dans la classe politique, nous citerons entre autres, le mongozi Ali Soilih, le président Sambi, Mouzaoir Abdallah, Said Hassane Said Hachim et en général, tous les contemporains de la période soilihiste.

    L’APPRENTISSAGE DU SHIKOMOR

    Cela n’a aucun sens de privilégier un parlé, en l’occurrence le « shikomor », par rapport au français ou à l’arabe. L’essentiel c’est que la langue, peu importe laquelle, soit maîtrisée et bien assimilée. Ce qui est rarement le cas des « je viens » qui prétendent ne parler que le français. La raison est simple : les « je viens » de la 1ère et 2ème génération, ont cru bien faire pour l’intégration de leurs progénitures, en ne leur parlant qu’en français. Un « français petit nègre », soit dit en passant, inculqué dès la prime enfance par des parents qui parlent à peine français. Il va sans dire que ces enfants biberonnés au charabia, auront à surmonter toute leur vie durant, les handicaps générés par une éducation biaisée, préservée de toute culture comorienne.
    Cette primauté exclusive de la langue du pays d’accueil (le français) au détriment de la langue maternelle (le shikomor), ne serait pas un mal en soi, encore faut-il qu’on y mette du c½ur à l’ouvrage pour y arriver.
    Quoique cette idée reçue qui veut que, pour une meilleure intégration de l’enfant en pays d’accueil, mieux vaut ne pas l’encombrer de la langue d’origine, est aujourd’hui battue en brèche, par la thèse d’experts et linguistes de renom, dont l’illustre Claude Hagège, qui prônent (à certaines conditions), pour l’éveil de l’enfant, le plurilinguisme (apprentissage de plusieurs langues) dès la petite enfance. Cela est primordial pour la configuration du système buccal de l’enfant encore malléable (par une gymnastique des lèvres, de la langue et des mâchoires associée à un moulage, un tapissage et modelage du palais de l’enfant). Et ce, afin de permettre plus tard à l’enfant de pouvoir disposer d’un système buccal frais et dispos à parler bon nombre de langues sans accent et sans écorcher les mots. Pour exemple, j’ai fait partie des premiers élèves du Lycée « Said Mohamed Cheikh » à étudier l’anglais aux Comores. Je me souviens de l’enthousiasme de notre prof d’anglais, Mme Bernardeau, nous félicitant de la bonne prononciation des mots « the » et « thing », prononcés respectivement « ze » et « sing » par les élèves métropolitains. La performance des élèves comoriens s’explique pourtant, par le fait que leur système buccal a intégré ces sons, présents dans leur langue maternelle, dès la prime enfance.

    CONCLUSION :

    En général, sans aucune crainte pour l’équilibre de l’enfant, il est recommandé dans pour son éveil harmonieux et équilibré de l’enfant, de lui apprendre le plus de choses possibles (langues [dont sa langue maternelle], jeux, chants, danses, musique , bricolage, dessin etc.), afin de lui préserver pour un usage futur, le plus de neurones utiles possibles, indispensables à son évolution.
    À sa naissance chaque être est doté d’un capital conséquent de neurones. Il a intérêt à en faire usage au maximum dès la prime enfance, car tout neurone non utilisé est perdu à jamais. Plus on vieillit, moins on en a. La capacité d’encombrement et de surcharge d’activités des neurones est bien maîtrisée. Ce qui répond à ceux qui font leur, l’adage « qui trop embrasse, mal étreint ». Dans la mesure où, les nombreuses activités des neurones, à différents stades de l’évolution de l’enfant, ne perturbent en rien l’équilibre et le sens de discernement et de perception de l’enfant.
    Tout cela aura l’immense avantage dans le cadre de l’éveil de l’enfant, de stimuler au jour le jour, la réflexion, le sens critique, l’instinct et l’esprit organisationnel, digne du concept d’un logiciel doté d’un système de fichage sophistiqué. La restitution au final se fera dans lés meilleurs conditions : Au fur et à mesure que l’enfant grandit, il mettra lui-même de l’ordre dans la somme de connaissances emmagasinée jusque là, en ajustant et en peaufinant le résultat final. Les langues (y compris sa langue maternelle capitale pour son équilibre) seront bien maîtrisées. Les parents en se limitant à l’enseignement de la culture et à la langue comorienne, permettront à l’enfant désormais décomplexé et bien dans sa peau, d’acquérir ses meilleures connaissances à l’école et surtout dans un environnement ouvert et empreint de tolérance.

    SAÏD HASSANE JAFFAR

  • Anonyme

    Vos luttes partent en fumée.

  • Salam aleykum ! Je participe a un concours et pour ça il faut que je rameute un max de monde ici : https://nahou.kickoffpages.com?kid=MFJH0 C'est une formation pour apprendre les règles de grammaire arabe, faut s'inscrire c'est gratuit, à chaque inscription sous ce lien je gagne des points~ Si tu peux, fait partager ça dans ton entourage pour m"aider à remporter ce concours

  • cher comorien moi origine franco sence gitane mes sence africaine métissé de po che veux crépu noir bleu thé cheveux et renoise africaine camerounaise je ceux ré fait franco africaine voila cultures ^^ ps ton amie JF

  • tu kuel ville ps afiche le ton profil plise en suite afiche photo deux toi voie ta tete plise en suite tu aiment les HH pd dis moi par écrie aime tu les HH pd tu et bi ou tes hétéro ?!

  • bon noel kue pour toi 2017 fin ané ps ton amie JF